Bonjour,

Aujourd’hui j’ai le coeur gros comme une patate ! En fait, je me rend compte que je ne passe beaucoup de temps avec ma fille, qu’elle est super proche de ma mère (normal elle l’a garde) et de mon Jules (normal il s’en occupe le matin quand je dois speeder pour me préparer et quand il a une journée off…). Et moi pendant ce temps là, je suis la méchante qui cris quand elle ne veut pas manger, qui l’engueule quand elle fait des caprices… Bref je suis la méchante et j’en ai marre !

PS : Juste pour vous préparer psychologiquement, cet article est vraiment très long … !

Je ne suis pas à plaindre, j’étudie, mes parents m’aident énormément et puis j’ai un travail, ce qui est quand même pas mal pour mon âge … En fait, pour tout vous dire, j’ai fait une 1ère année de licence en langues étrangères après mon bac parce que je ne savais pas quoi faire et que j’étais bonne en langues. Pendant longtemps j’ai voulu travaillé avec des enfants puisqu’il y avait toujours eu des enfants à la maison avec ma mère qui est assistante maternelle. Quand j’étais petite, longtemps j’ai demandé à mes parents une petite soeur … Que je n’ai jamais eu (maintenant je suis plutôt contente, enfin ça me dérange plus, d’être fille unique). Du coup, j’ai toujours adoré jouer avec les enfants que ma mère gardaient. Ils étaient un peu mes frères et soeurs que je n’ai pas eu. Quand je revenais de l’école je faisais les mêmes activités avec eux, quand je rentrais de la danse, je leur apprenais des chorégraphies (une année je les ai même filmés et on a offert aux parents pour Noël une vidéo avec le mini spectacle qu’on avait fait)… Donc quand à l’école on me demandait : « Tu veux faire quoi plus tard? », je répondais : « Travailler avec des enfants! ». C’était une évidence pour moi.

Ce qui a été un peu moins une évidence c’est quand on m’a dit que pour être puéricultrice il fallait faire 3 ans d’études d’infirmière et comme je suis un peu chochotte niveau sang, … Je me suis dit tant pis, je dois bien être bonne dans autre chose. Et j’étais bonne en langues. Je n’ai jamais été une super bonne élève, j’étais une élève moyenne un peu trop bavarde mais j’ai jamais redoublé. Alors quand j’ai vu la conseillère d’orientation et mon professeur principal au collège, ils m’ont dit : « Tu veux travailler avec des enfants? Fais un CAP petite enfance, de toute façon tu n’y arriveras jamais en filière générale! ». Je n’exagère en aucun cas dans mes propos… Mais j’ai été accepté dans le lycée que j’avais demandé et j’ai suivi une filière générale en ES (Economique et social) et j’ai été une bonne élève. Même si mon Bac je l’ai eu de justesse (10,02 !) je l’ai eu et donc comme j’étais complètement perdue en terminale je me suis orientée vers une licence en langues étrangères appliquée d’anglais et d’espagnol. J’ai fait Allemand LV3 et Italien en option transversale (oui j’étais motivée …). Puis lors de cette année j’ai eu un semestre de communication qui m’a beaucoup plu et puis j’avais mon père qui n’arrêtait pas de me dire tu sais la publicité c’est cool tu devrais regarder je suis sûre que ça te correspondrait … Du coup, complètement perdue, je suis allée au salon de l’étudiant et c’est là que j’ai trouvé le BTS de Communication en alternance. J’ai eu de la chance, j’ai trouvé assez rapidement une agence de publicité dans laquelle je travaille encore.

Et c’est là que tout commence à se corser … Il y a d’abord eu l’arrivée de ma Choupinette pendant ma 1ère année de BTS qui n’était pas du tout prévu… (cf. Comment j’ai su et annoncé ma grossesse) mais du coup j’ai décidé de continuer mes études, histoire d’avoir un bagage et puis parce que ça me plaisait. En 3ème année j’ai changé d’école, mais pas d’entreprise (donc 2ème contrat de professionnalisation auprès de mon agence) et le rythme avait également changé. Je suis passée de 2j d’école/3j d’entreprises à matin école/après-midi entreprise… Donc autant dire que c’était très sportif. Mais j’ai adoré être dans cette école.

Pour cette année, je cherchais une nouvelle entreprise parce que ça fait quand même 3 ans que je suis dans la même agence, que je n’évolue pas forcément et que je voulais apprendre de nouvelles choses, mais comme je n’ai rien trouvé et qu’il faut payer ma formation et que j’ai eu la possibilité de rester, je suis restée dans mon agence actuelle. Sauf que comme le contrat de professionnalisation est un CDD, j’avais demandé si c’était possible de me renouveler autant de fois. Et on m’avait dit que c’était ok et que tout allait bien. Et là, décembre, on me dit, l’AFDAS (l’organisme qui s’occupe des formations des entreprises) a envoyé un recommandé pour prévenir l’entreprise que c’était illégal de renouveler autant de fois mon contrat. Donc j’ai failli me retrouver sans rien, juste avant les fêtes. Je ne vous dit pas à quel point j’avais la haine, j’étais triste et surtout apeurée … Alors ils se sont arrangés et m’ont proposé de me garder jusqu’en Juin et de me payer mon école. Donc j’étais bien soulagée. Par contre cette histoire m’a totalement remise en question…

Ma fille grandit, elle me fait très bien comprendre que je ne m’occupe pas assez d’elle… Alors que, sincèrement, pour une agence de publicité, je fais des horaires plutôt cool mais c’est vrai que j’arrive à 20h chez ma mère des fois, elle est déjà lavée, nourrie … Je suis fatiguée, elle veut jouer… Bref et je pense que ce milieu n’est pas être pas celui dont je pensais pouvoir y travailler toute ma vie… Alors je me suis dit, et si je tentais le CRPE, le concours pour devenir Professeur des écoles (maternelle et primaire) ? Et là, j’ai eu un déclic, je pense que c’est ce qui me correspond le mieux, j’ai toujours voulu travailler avec des enfants, j’adore apprendre, faire apprendre… Alors j’ai acheté le livre « Le concours CRPE, pour les nuls » pour voir ce que sont les épreuves, mais début Février, je vais voir auprès de la Fac à côté de chez moi comment se passent les inscriptions pour leur master, s’ils m’acceptent et dans ces cas-là une nouvelle vie s’offre à moi…

J’avoue que ça me fait peur, de tout changer, ça fait 4 ans que je fais de la communication et la petite enfance ça change quand même pas mal. Me retrouver à la fac, n’avoir que les études et la maison à préoccuper, ne plus travailler …

Mais j’ai envie d’y croire, j’ai envie d’une autre vie. Une vie où j’aurai plus de temps pour m’occuper de ma fille, de l’emmener à l’école, d’aller la chercher, d’être avec des enfants … Je me suis toujours mieux entendu avec les plus petits que moi, que les gens de mon âge … Enfin bref, je me dis que je suis encore jeune, encore étudiante et que c’est le moment ?

Avez-vous déjà pensé changer du tout au tout ? N’hésitez pas à me raconter vos histoires personnelles, ne serait-ce que pour me montrer que je ne suis pas totalement dingue de vouloir prendre ce virage et surtout pour me montrer que c’est possible !

Bisous, bisous,

Joh’