Et si, et si …

J’en ai marre de prendre des pincettes …

Et si on déménageait ?

Cela fait quelques temps, pour ne pas dire des mois que mon chéri et moi regardons pour déménager. Pour tout vous dire, on habite le 94, payons un loyer de 890€ pour une rentrée d’argent d’à peine 2000€ parce qu’on a jamais eu le droit à un HLM pendant que d’autres, parce qu’ils connaissent un tel ont déjà eut 2 appartements en un an. Et pourtant je me suis bougée : lettres à la mairie : au maire, service du logement, tous les organismes de logements en leur disant quels appartements étaient vides …

Nous payons 890€ pour 47m2 en souplex. Nous n’avons que notre cuisine à l’étage. Jusqu’à présent ça ne m’avait pas tant dérangé que ça puisque nous étions à la maison que le soir, donc que la maison soit dans le noir toute la journée n’étais pas un problème. Et puis nous n’avons qu’une chambre…. Comme vous avez pu le constater j’ai changé à de nombreuses reprises toutes les pièces de place… Pour au final condamner le salon pour enfin avoir une chambre.

Longtemps je n’ai pas voulu partir de là où je suis, c’est tellement plus simple quand maman et papa te font tout. Je suis fille unique, et pour mon plus grand bonheur jusqu’à présent c’est qu’ils ont toujours été là rien que pour moi. Il y a eut des hauts et des bas dans ma famille, entre mes parents. Et eux étant toujours là pour moi je me devais d’être là pour eux. Sauf que voilà maintenant j’ai ma fille aussi.

Un bébé surprise ? Non !

Je vais vous avouer un truc que personne n’est au courant, et je pense que beaucoup vous tomber sur leur cul quand ils le sauront. Ma fille je l’ai eu à 19 ans, c’est très jeune pour beaucoup. Mais au fond de moi j’ai toujours ressenti le besoin d’être maman. Mes parents ont été parfaits avec moi et je ne peux que les remercier (même si ça a fait de moi une enfant peureuse). Joy est arrivée par hasard, parce qu’on ne faisait pas attention à cela, mais quelques mois avant on en avait discutés et on avait parlé avec Charles d’avoir un bébé. Donc non, Joy n’est pas un bébé non voulu… Oui j’étais jeune, peut être un peu irresponsable de prendre ce genre de décision… mais je l’ai voulu. A travers elle, je voulais prouver que j’étais une femme, une adulte, capable de m’occuper et surtout de donner de l’affection à ma chair. Bien sûr mes proches vous diront que je suis quelqu’un de froide, on m’a souvent dit que je n’avais pas de coeur parce que rancunière mais ça n’empêche que mon bébé je le voulait. Et je ne veux pas qu’elle grandisse en pensant que ça a été une erreur, qu’elle n’était pas voulue … Et j’avoue que je savais que j’aurai mes parents qui m’aideraient … C’est peut être égoïste, ma mère a quand même perdu beaucoup d’argent en me la gardant et du coup en gardant pas un autre enfant …

Du coup, pendant ma grossesse et pendant 4 ans j’ai continué mes études. Histoire d’avoir un diplôme potable, j’avais commencé la communication, j’ai continué dedans juste histoire de trouver un travail pour subvenir aux besoins de MA FAMILLE c’est à dire ma fille et mon chéri. Mes parents m’ont toujours dit notre famille c’est toi et nous. Maintenant que c’est mon cas, ils ne le voient pas trop de cet angle là. Bien évidement qu’ils font parti de ma famille, mais j’ai aussi la mienne et je pense qu’ils ont du mal à l’accepter.

Oui je vous préviens ça va être très long, j’ai vraiment besoin de tout vous raconter parce que je commence à devenir dingue…

Où est passée ma vie de famille ?

Du coup, et heureusement, pendant que je faisais mes études et que Charles terminait les siennes et a commencé à travailler, ma mère gardait notre fille. Bien sûr c’est sa petite fille alors elle n’a pas eu le même régime que les autres enfants. 10x plus gâtée … C’est le rôle des grands-parents n’est-ce pas ? Mais sur certains points, certaines valeurs de l’éducation de ma fille, je me suis tellement de fois faite envoyer chier que se soit par ma mère ou mon père.

Au début, le matin elle prenait son biberon là-bas et le soir le bain, j’arrivais, je mangeais chez mes parents (et merci, ça nous a permis de faire pas mal d’économies) mais du coup je rentrais chez moi et je couchais ma fille. Donc je ne faisais strictement rien, je m’occupais d’elle le week-end … Et encore, ma mère était souvent chez moi puisque ça n’allait pas trop avec mon père (c’est une autre histoire, que je n’ai pas forcément envie d’étaler). J’ai toujours été super fusionnelle avec ma mère et je voulais ça pour ma fille et moi et finalement ma fille a cette relation avec ma mère que je n’ai pas avec elle. Du coup, on se levait plus tôt histoire de donner le petit déjeuner au moins à notre fille et le soir j’avais demandé à ma mère de ne pas la laver et de ne pas lui donner à manger. Mais non, « Elle a déjà ses petites habitudes, tu sais comment sont les enfants », bon ok mais au moins pas le diner. D’accord. Mais non, souvent je rentrais « Elle a dit qu’elle avait faim ». Et je vous épargne tous les autres détails concernant l’éducation.

Je n’ai peut être que 22 ans, mais je pense avoir le droit tout comme ma mère a eu le droit de m’élever à 20 ans, au même âge que moi, et d’avoir des valeurs différentes d’elle. Mais ça non, ça ne passe pas avec elle.

Malgré certains points que je n’adhère pas, mes parents ont toujours été des parents formidables : je n’ai jamais manqué de rien, j’ai peut être trop eu. J’ai voyagé, ils ont toujours été derrière moi pour me soutenir dans mes études, dans ma relation avec Charles qui n’a pas été facile, les relations que j’ai pu avoir avec sa famille qui m’a tellement renié, traité comme une merde on peut le dire. Eux étaient là.

Mes parents m’ont appris à être polie, à faire attention à mon argent, à être sincère, à ne pas mentir et pour ça je ne peux que les remercier

Alors pourquoi déménager ?

Tout simplement parce qu’aujourd’hui je ne travaille pas, je suis perdue dans ce que je veux faire … Clairement je peux trouver du travail dans la communication avec mon Bac+3, continuer mon master, changer de voie … Mais je ne sais pas encore ce que je veux.

Là où on habite je sais très bien qu’on ne vivra pas ici longtemps. On est bas de plafond : Charles ne peut même pas prendre sa douche debout, on ne peut pas acheter de dressing (on galère avec des commodes de merde payées 100€ qui se cassent la gueule), on a pas de salon… Bref ça commence à être serré et surtout cher.

Alors on a regardé aux alentours : Pontault, Ormesson, Champigny, Nogent … Trop cher… Après il faut bouger plus loin. Mon beau-frère et ma belle-soeur, avec qui je ne m’entendait pas trop et qui petit à petit, hélas il a fallu l’arrivée de ma fille pour que le dialogue s’ouvre, à force de discuter, d’être sincère, de dire ce qu’on avait sur le coeur et surtout se rendre compte qu’il y avait eu pleins de malentendus … On a commencé à se côtoyer plus … Et on a découvert Orléans. Orléans me rappelle de mauvais souvenirs parce que à un moment Charles y étais et c’est là que Charles est venu à ses 18 ans vivre chez mes parents. Mais maintenant avec ma fille et après y avoir été plusieurs fois et surtout en regardant les prix, on s’est rendu compte qu’Orléans était une belle région, des villes piétonnes magnifique, des beaux parcs, une ville pas si campagnarde que ça et surtout un rapport de vie totalement différent, plus calme.

Dimanche dernier, nous avons visité une maison de 80m2 pour 800€ de loyer avec cave, débarras dans le jardin, un jardin de 100m2, 2 chambres de plus de 10m2, une cuisine presque équipée. Bref, la maison de mes rêves. On l’a visité et là ce fut le drame. Et aujourd’hui qu’on sait qu’on l’a. Qu’il faut faire les démarches administratives, que j’ai besoin plus que jamais du soutien de mes parents pour ce gros changement dans ma vie : changement de région, recherche d’emploi pour mon chéri, changement d’école pour ma fille, déménagement … Et bah ils essaient de tout faire pour me dissuader, en disant du mal de la famille de Charles, en disant que je ne serai pas capable, en disant que je leur retire leur petite fille, en jouant sur les sentiments. Alors que ma mère était la 1ère à dire : « ça ne serait que moi on aurait déjà changé de région depuis bien longtemps… »

Voilà au lieu d’être contents pour nous, que l’on prenne notre indépendance, qu’on apprenne à être plus adulte. Et bah non. Aujourd’hui je pleure, je ne dors pas depuis 3j la nuit parce que j’appréhende ces conversations. Déjà que ça ne va pas être facile toutes ces démarches, de savoir qu’ils ne sont pas du tout heureux pour nous, me blesse.

J’ai envie de me sentir chez moi, de me sentir mère, de me sentir femme, responsable …

Je n’ai que 22 ans (bientôt 23 le 20 décembre, pour ceux qui l’auraient déjà oublié) mais je suis maman. Ce n’est pas facile tous les jours … Le regard des autres, les doutes, mais ça l’est encore moins quand tes propres parents ne te soutiennent pas dans tes vrais décisions d’adulte. Bizarrement, et je pense qu’ils ne se rendent pas compte, mais plus ils essaient de me dissuader plus je me rend compte que c’est la bonne décision, peut être que finalement ça m’aide …

Bref, je retourne pleurer dans mon coin avec mon stock de paquets de mouchoirs Reine des neiges …

Non en vrai, de poser des mots me fait du bien, je vais continuer ce que je faisais hier : démarches administratives, calendrier de l’avent, cadeaux de Noël et puis on va commencer le tri …

Orléans me voilà ! 

Bisous,

Joh’