Bonsoir à tous,

Harcèlement scolaire MC

Cela fait quelques jours que l’on entend parler du harcèlement scolaire. Il y a eu un grand débat autour du clip réalisé par Mélissa Theuriau qui a su mettre en avant dans un clip de 1min le harcèlement scolaire.
Personnellement, je trouve que ce débat n’est pas fondé ! Je pense qu’il faut vraiment l’avoir vécu pour être touché par cette vidéo. Et donc que les professeurs portent plainte contre cette vidéo, j’ai trouvé ça franchement débile. D’autant plus que dans cette vidéo il n’est pas dit que les professeurs sont incompétents mais seulement que des fois ils ne se rendent pas compte de ce qu’il peut se passer dans une classe (surtout quand les classes sont archi-bondées, où l’on peut être plus de 40 par classe… Mais ça c’est encore un autre débat) !

Pourquoi je vous rédige cet article ?

Petite, enfin adolescente, j’ai été victime de harcèlement scolaire … Je tiens à témoigner pour montrer à quel point le harcèlement peut devenir dangereux.

J’étais en classe de 3e, quand tout a commencé. Ma meilleure amie de l’époque,  T. sortait avec un garçon, G. . Cela faisait plusieurs semaines qu’elle me montrait un SMS qu’elle avait rédigé pour rompre avec lui. Quand elle a rompu, j’ai commencé à discuter avec G. sur MSN (ça remonte l’époque où existait MSN, hein 😉 ). G. et moi étions devenus bons amis. La seule personne qui était au courant était mon autre amie C. .

Je ne sais pas comment ça s’est su, mais je pense que C. a dû balancer à ma meilleure amie qui l’a très mal pris. Je ne sais pas si pour vous c’était pareil, mais ceux qui ne mangeaient pas à la cantine de l’école étaient un peu en retrait et moins présents dans les groupes ou clans populaires de l’école. Ma meilleure amie faisait partie des « filles populaires ». Quand j’étais son amie, tout le monde était miraculeusement devenu mon ami. Alors qu’à l’école, j’ai toujours été une fille sage, très bonne élève… Vous savez la fille à qui vous demandiez une feuille double, un stylo ou une réponse … Bah c’était moi, la petite intellos, qui en 6ème se faisait toujours habiller par sa maman, qui ne trainait pas devant l’école, qui connaissait par coeur toutes les leçons… Bref une petite fille, un petit peu trop parfaite…

En 5ème, j’ai eu ma petite rébellion… Je ne voulais plus qu’on m’habille, je ne voulais plus apprendre par coeur mes cours et mes notes ont (un peu) chutées… Et j’adorais la danse, j’ai rencontré ma meilleure amie parce que nous avions la même passion, la danse. Nous avons commencé ensemble les cours de danse et petit à petit, les gens ont commencé à être mon ami. Puis il y a eut cette histoire avec ce G. avec qui il ne sait jamais rien passé ! Je pense que ma copine C. qui avait été ma copine bien avant T. était un peu jalouse de la relation que je pouvais avoir avec elle, et jalouse peut être de ce statut plus ou moins populaire.

Quand ça s’est su, c’est devenu l’horreur. Heureusement que ça n’a commencé qu’en 3e et que c’était la fin du collège. Au début, petit à petit tout le monde m’a tourné le dos. Et je peux vous dire que je me suis sentie bien bête, mais bon si ça c’était arrêté là … Les gens ont commencé à se taire quand je passais devant eux, puis à rire devant dès que je passais devant eux, je recevais des messages par SMS ou par MSN. Puis d’autres personnes se sont mêlées. C’est vrai que c’est plus simple quand on s’y met à plusieurs. La chef du groupe M., avait les meilleures idées du monde ! Je me souviendrai toujours, nous étions en cours de sport, on faisait de l’escalade. Pendant que je montais et que ma camarade m’assurait, ils lui parlait, ils lui faisait des chatouilles et du coup ma camarade me lâchait de temps en temps et donc, ça me faisait super peur, peur de tomber. Puis quand je suis rentrée pour me changer, j’ai cherché partout mes vêtements de rechange, sans les trouver et donc j’ai fini par garder ma tenue de sport, puis quand le professeur est venu ranger le matériel dans l’armoire, tous mes vêtements y étaient cachés et tout le monde s’est mis à rire quand le professeur a demandé à qui c’était.

Moi qui adorait aller en cours, j’ai commencé à avoir une boule au ventre, puis quand j’arrivais à la maison je me mettais à pleurer à dire que je ne voulais pas aller à l’école… Mes parents se sont vite inquiétés. Heureusement qu’ils étaient là, et que j’ai eu la force de leur dire. Mais arrivé à un moment donné, je ne pouvais plus garder ça pour moi ça en devenait maladif tellement ces personnes sont devenues persécutantes. J’ai eu également la chance d’avoir une CPE en or, qui m’a écouté et qui a tout fait pour m’aider.

J’ai découvert, après avoir parlé à ma CPE, que d’autres personnes s’étaient pleins mais qui étaient toujours amis avec cette M. car comme m’a dit une fois ma CPE « Mieux vaut être amis avec ces ennemis ». Mais j’en avais pas la force… Mes parents ont dû toute la fin de ma 3e venir me chercher et m’emmener à l’école pour éviter qu’il m’arrive quelque chose. C’était devenu insupportable. Mais l’école n’a rien pu faire, car concrètement quelles preuves ils avaient ? Aucun professeur ne s’était plaint du comportement de M. ou T., aucun surveillant ne s’était plaint, c’était ma parole contre la leur… Et puis bon, personne n’allait contre dire M. de peur… J’ai eu la chance en quelque sorte de ne pas avoir été frappé ou autre, mais des fois le harcèlement moral peut se montrer plus destructeur…

J’étais contente d’arriver au lycée et de me dire que les personnes du collège je n’allais plus trop les voir. J’étais contente de voir que je pouvais compter sur de vrais amis, notamment une amie qui a su m’accueillir les bras ouverts alors que plus personne ne me parlait. Contente de savoir ma famille de mon côté.

Je ne pense qu’il y ait qu’un seul coupable. Les harceleurs sont souvent des personnes qui n’ont pas forcément d’appui familial et qui se rendent intéressants, les parents d’harcelés des fois ferment les yeux en pensant que c’est la crise de l’adolescence, les professeurs qui ne se rendent pas compte de ce qui peut se passer au sein même de leur classe ou qui ne disent rien (parce qu’aujourd’hui on voit bien que certains professeurs ont des fois même peurs de leurs élèves), que les surveillants sont des fois amis et plus surveillants et qui donc parfois ne se rendent pas compte comment une simple remarque peut être méchante… Bref c’est un cercle vicieux, je pense que chacun est responsable et devrait se remettre en question au lieu de se lancer la ba-balle …

Maintenant que je suis mère, j’essaye d’expliquer à ma fille et ce même si elle est encore petite, mais des fois la méchanceté commence tellement tôt, qu’il ne faut pas qu’elle se laisse faire. Je me suis trop longtemps laissée faire, j’ai été vulnérable et je le suis encore des fois et ça se ressent… Je pense juste que le harcèlement scolaire existe et qu’il faut en parler pour essayer de faire changer les mentalités. Après, ça existera toujours mais il faut savoir être le plus présent et écouter au mieux nos enfants car après tout nous sommes leur seul pilier. Je tiens en tout cas à remercier mes parents qui ont toujours su être là pour moi, qui m’ont cru et protégé !

Je vous embrasse.

Joh’