Bonjour à tous,

Pendant ma grossesse

Au moment où j’écris cet article, je devais rédiger mon article sur ma birchbox d’octobre puis je me suis dit, je me suis lancée dans ce blog pour vous raconter ma petite vie et je n’ai même pas commencé avec ce qui fait que je suis « Maman Fatale » … Ma grossesse !

Comment tout a commencé?

En fait, cela faisait 3 ans que j’étais avec mon Jules et j’ai su que j’étais enceinte à mes 18 ans … Pendant que je préparais mon BTS de communication en alternance, j’étais en 1ère année.

Pour tout vous dire, j’ai toujours eu des règles déréglées donc le retard ne m’a pas trop perturbée et puis surtout qu’on essayait de faire attention au mieux. Puis à un moment, je me sentais assez nauséeuse, tout me dégoutait … Et mes camarades de classe à l’époque pour rire m’avait dit « ça se trouve tu es enceinte! ». Et c’est là que j’ai eu le déclic, et surtout de gros doutes…

J’en ai parlé avec mon Jules… On en avait déjà un peu parlé avant parce que mes parents m’ont eu jeune et j’ai toujours dit que j’aimerai avoir mon premier enfant entre 25 et 30 ans afin d’éviter d’avoir un grand écart. Et il était plutôt d’accord avec moi.

En tout cas, je ne pensais pas du tout être enceinte aussi tôt… D’autant plus, que je venais de me lancer dans mes études, avec la volonté d’aller jusqu’à mon master et sincèrement cette nouvelle est venue un peu tout chambouler. Mais pour nous (mon Jules et moi) il était clairement pas concevable que j’avorte et au contraire ça nous a motivé à réussi tout ce qu’on entreprend, pas seulement pour nous, mais surtout pour notre bout de chou.

Comment j’ai découvert que j’étais enceinte?

Donc les doutes étaient là, mais le premier « dilemme » a été d’aller acheter un test de grossesse. Je ne sais pas si vous avez été dans ce cas là, mais à 18 ans aller à la pharmacie et acheter un test de grossesse c’est vraiment pas une chose facile… Encore plus dur que d’aller chercher des préservatifs. C’est là où je me suis dit, que le regard des autres allait vraiment être difficile.

En tout cas, je me suis dit que quitte à acheter un test de grossesse, j’allais acheter un test de compèt’ : le clearblue digital ! Au moins pas besoin de stresser des heures, d’essayer de décrypter si oui ou non il y a une petite barre ou pas … Là ils disent enceinte 1+ ou autre.

Le soir où j’ai su que j’étais enceinte, mon Jules et moi étions invité à une fête. J’ai attendu toute la journée d’être ailleurs qu’à la maison pour faire ce test (nous vivions encore chez mes parents et je ne voulais pas faire ce test et que ma mère rentre d’un coup dans la salle de bain). Une fois arrivée chez notre ami, je suis allée tout directement aux toilettes et c’est là que j’ai fait le test… L’attente a été extrêmement longue et même si je savais que mon Jules m’attendait, je me suis vraiment sentie seule à attendre sur le trône avec mon test.

Et là verdict … « Enceinte 3+ ». J’étais effrayée, excitée de le dire à mon Jules pour ne plus être la seule à le savoir, et quand même heureuse de me dire qu’un petit bout était dans mon ventre. Mais le pire, a été de réfléchir à la façon de le dire à mes parents …

Comment je l’ai dit à mes parents ?

Une chose pour moi était sûre c’est que je savais que mes parents seraient là pour m’aider et me soutenir. Mais c’est quand même pas une chose facile à dire en temps normal alors imaginez le contexte : Moi en pleins BTS, en alternance, 18 ans … Donc je peux vous le dire à 18 ans c’est encore pire !

A l’époque une amie à ma mère de 42 ans était enceinte elle aussi, et on était allées acheter des vêtement pour son fils et du coup j’essayais de trouver le moment de lui dire … Mais aucun mot n’arrivait à sortir de ma bouche… Mon Jules non plus ne savait comment lui dire, et puis surtout estimait que c’était à moi de le dire puisque ce sont mes parents…

Alors la seule solution qui m’est venue à l’esprit a été de leur écrire une petite lettre. Alors je sais, c’est pas très courageux mais bon c’est tellement plus facile d’écrire ce qu’on a sur le coeur !

Là où j’ai été étonné c’est que mon père l’a beaucoup mieux pris que ma mère. Mais bon une fois qu’ils étaient au courant c’était tellement plus simple. J’ai ensuite été voir un gynécologue pas très aimable… Quand je suis arrivée dans son bureau il me dit :

« Vous venez pour la 1ère fois? »

« Oui, parce que je suis enceinte. »

« Vous preniez la pilule ? »

« Non »

« Bah c’est comme ça qu’on tombe enceinte ! »

Donc déjà j’ai pas du tout apprécié son ton, mais en plus il disait ça comme si c’était quelque chose de super grave et d’inconcevable d’être enceinte à mon âge, ou que limite il était exaspéré… Bref, la seule chance qu’il a eu pour que je reste c’était qu’il était juste en face de chez moi et que franchement c’est bien pratique !

A l'école

Le dire au reste de mon entourage

Le plus dur pour moi a été ensuite de le dire au travail. Encore une fois, remettons les choses dans leur contexte : 18 ans, 4 mois seulement dans l’entreprise … Tout le monde ne l’a pas forcément bien pris. Je me souviens que ma tutrice m’avait dit « Tu sais que ta classe d’âge est celle la plus touchée par le chômage, je ne trouve pas ça très responsable de tomber enceinte à ton âge. » Alors d’un côté, c’est le genre de chose normalement qui ne se dit pas mais d’un autre côté, maintenant que je la connait plus je sais qu’elle disait ça pour me prévenir mais bon ça n’a pas été très facile à se prendre ce genre de réflexion en pleine figure… Mais bon, mes autres collègues ont été très gentille et à la naissance de ma Choupinette, elles ont été adorables et m’ont offert énormément de cadeaux.

Ensuite il a fallu le dire à l’école, à mon professeur référent. En fait ma grossesse était prévue pour le 1er juillet et mes examens de fin d’année étaient pour la semaine du 1er juillet ! Bref, c’était juste pas possible. Donc j’en ai parlé avec mon professeur référent et j’ai passé mes examens en avance avec les « classiques », les étudiants qui n’étaient pas en alternance et qui étaient présents toute la semaine et qui donc étaient en avance sur le programme. Mais du coup, il fallait que tous mes professeurs préparent un examen pour moi qui n’était pas au même stade du programme. Mon professeur référent m’avait dit qu’il allait prévenir mes autres professeurs, ce qu’il n’a pas fait et donc professeur par professeur j’ai du expliquer que j’étais enceinte et qu’il fallait que je fasse mon examen en avance. A la fin, mes professeurs ont tous été très aimable et compréhensif, sauf mon professeur référent qui n’en avait pas fait et du coup je n’avais pas eu une excellente note… Quand mes camarades de classe l’ont su, ils étaient très étonnés mais sans plus. Au final, on ne se voyait que 2j par semaine donc bon. Par contre, à mon retour, un de mes camarades n’a rien trouvé de plus drôle que de me demander « Comment on fait les bébés? ». Alors on rigole sur le coup, mais après on y repense et c’est con mais ce genre  de petites réflexions, on les oublie pas …

Et la dernière étape la plus dur a été le regard et les dires de ma famille. Ils m’ont rien dit de méchant (en face en tout cas) mais bon ils étaient presque tous déçue qu’une enfant aussi sage et studieuse que moi tombe enceinte aussi tôt…

Alors c’est vrai que le regard des autres est difficile, une fois il y a même un homme que j’avais croisé dans les escaliers dans le métro qui m’a interpellé pour me dire « Ah bah dis donc, tu as dû bien baiser ! » mais bon une fois que votre famille le sait et tout votre entourage, après le reste on s’en fout après tout on les voit qu’une fois et c’est qu’une phase dans ma vie !

Avec ma Choupinette

Maintenant je suis bien contente d’avoir ma Choupinette et je suis surtout surprise de voir que finalement, de jeunes mamans étudiantes il y en a bien plus qu’on ne le croit !

Si vous aussi vous êtes une jeune maman, n’hésitez pas à me dire comment ça s’est passé pour vous l’annonce ? Le regard des autres ?

Et pour toutes celles qui ne sont pas mamans, qui ont des appréhensions ou tout simplement curieuse de savoir comment ce sont passées certaines choses dans ma vie, n’hésitez pas à me poser des questions, je répondrais avec plaisir !

Bisous, bisous

Joh’